2022-11-26
errepresioaren aurkako manifestazio baten argazkia

Au vu des peines prononcées à l’encontre des militants indépendantistes galiciens

L’Audience Nationale espagnole a infligé de lourdes peines à quatre militants indépendantistes galiciens, les plus lourdes de 28 ans.

Les personnes jugées ont reconnu leur militance, et l’une d’entre elles a profité du dernier tour de parole pour affirmer qu’elles ne sont pas des terroristes et a déclaré qu’au contraire, elles militaient par amour.

Dans la lignée de ce que le mouvement anti-répressif galicien a soutenu ces derniers jours, Tinko veut également dénoncer ce procès politique, ainsi que dire que nous n’acceptons pas le monopole de la violence des États qui nous oppriment.

Toute personne qui s’oppose au terrorisme d’État est considérée comme un terroriste. Nous considérons que le terrorisme consiste à occuper des nations par les armes, à noyer les travailleurs dans la pauvreté, à faire disparaître les langues, à obliger les familles à vivre dans la rue, à envoyer la police tabasser les travailleurs et à construire la richesse privée de quelques-uns sur la souffrance de la majorité.

Nous considérons que la prison, la torture dans les postes de police, le harcèlement policier des militants et des organisations politiques sont du terrorisme. Le terrorisme est que le droit de gérer et de manipuler l’information est entre les mains des mêmes bourgeois et oligarques qui nous piétinent. Le terrorisme consiste à rejeter, au nom du pacifisme, l’activité politique de ceux qui se rebellent contre la violence structurelle.

Tinko exprime sa solidarité à tous les combattants de Galiza, et appelle une fois de plus à s’organiser contre la répression et pour une amnistie totale.