2024-05-21

Lecture des événements répressifs récents

Elles s’attaquent directement à nos droits collectifs les plus élémentaires, tels que les droits d’organisation, de réunion, de mobilisation et la liberté d’expression.

Ces dernières semaines, différentes forces de police ont mené de fortes actions répressives au Pays Basque. La police française a effectué des descentes à Urruña et la police espagnole à Iruñea, arrêtant des dizaines de personnes.

Les sepoys ont mené de violentes attaques à Tolosa, Donostia, Gasteiz et Bilbo, faisant plusieurs blessés graves et infiltrant la police dans les manifestations.

Si quelqu’un pensait que la répression appartenait au passé, ces événements lui donnent tort. Car dans le capitalisme, la répression ne disparaît jamais, elle s’adapte aux circonstances et aux résistances qu’elle rencontre.

Les attaques que nous avons évoquées sont graves, mais pas seulement en raison des dommages individuels qu’elles ont causés. Elles s’attaquent directement à nos droits collectifs les plus élémentaires, tels que les droits d’organisation, de réunion, de mobilisation et la liberté d’expression.

La police ne se rend pas aux manifestations pour garantir ce droit, mais pour l’empêcher, l’attaquer et répandre la peur. Car leur fonction n’est pas de défendre la classe ouvrière. Leur fonction est de maintenir l’ordre bourgeois.

De même, le harcèlement des militants politiques est constant et l’Audience Nationale espagnole continue de remplir des dossiers contre les différentes organisations politiques d’Euskal Herria.

Tinko veut manifester sa solidarité avec les personnes et les organisations qui ont subi la répression ces dernières semaines et surtout réaffirmer l’idée centrale qu’il défend depuis sa création : la nécessité de s’unir autour de normes minimales face à la répression.

Les droits d’organisation, de réunion, de mobilisation et la liberté d’expression sont les points minimaux pour garantir nos droits politiques. Nous continuerons à travailler dans ce sens.

Pour la défense des militants politiques, amnistie totale !