2022-05-26

Face à la répression contre la grève des étudiantes

Au vu des attaques contre les grévistes menées par les sepoys et les agents de sécurité privée lors de la grève des étudiantes appelée par l’organisation Ikasle Abertzaleak à Hego Euskal Herria, dont plus de 30 arrestations, Tinko tient à déclarer ce qui suit :

1. Notre organisation partage les revendications des grévistes, car le système capitaliste utilise l’éducation pour satisfaire les besoins économiques et productifs de la bourgeoisie et non la capacité critique du peuple ou ses besoins intellectuels et sociaux. C’est précisément pour cette raison que le système éducatif est plongé dans un processus d’élitisation qui prive de plus en plus de personnes de la possibilité d’étudier, au détriment, bien sûr, de ceux qui ont moins de moyens économiques.

2. Nous apportons notre soutien total à tous ceux qui ont subi la répression des chiens de la bourgeoisie et exigeons la libération immédiate des personnes arrêtées. Nous demandons également la suspension des poursuites judiciaires à leur encontre.

3. Cette occasion montre également le rôle réel de la police dans la société. Dans toute grève, dans toute expulsion des maison, dans toute manifestation et dans tout domaine de la vie, ils s’emploieront à défendre les intérêts des puissants et à perpétuer la misère des pauvres. Ils sont l’armée de la bourgeoisie, et c’est à nous, travailleurs, de nous organiser et d’exercer l’autodéfense.

4. Tinko se joint à la mobilisation à laquelle appelle aujourd’hui l’organisation Ikasle Abertzaleak pour dénoncer la répression (sur la place de la Virgen Blanca à Vitoria-Gasteiz à 19h30), ainsi qu’à celles qui pourraient avoir lieu tout au long de la journée dans d’autres coins d’Euskal Herria pour la même raison, si elle le décide.